Questions / réponses


Démographie

Q: Bussigny s’apprête à franchir la barre symbolique des 10'000 habitant-es. Quelles sont les projections de croissance pour notre commune dans la décennie à venir?
R: A l’horizon 2030, Bussigny devrait compter entre 13 et 14'000 habitant.es. Les principales zones constructibles sont établies et figurent dans le Plan directeur intercommunal de l’Ouest lausannois. Nous n’avons plus de surfaces importantes dédiées à cette affectation pour la décennie à venir.

 

Q: Le Plan directeur de l’Ouest lausannois annonce que la barre des cent mille habitant-es pour le district sera franchie avant 2040. Cela représente une croissance de 50% par rapport à la situation actuelle de 2020. Est-ce aussi ce qui attend les Bussignolais-es?
R: Ce taux de croissance dépend toujours de l’année de référence; si nous prenons une échelle de trente ans (2010-2040), cela correspond à la planification. La population peut avoir l’impression que l’augmentation de la population s’accélère exagérément car plusieurs plans de quartier d’envergure, bloqués pendant longtemps, se déploient aujourd’hui, à l’image des constructions situées à l’ouest ou au centre de la commune. Surtout, nos exigences ont considérablement augmenté pour réaliser des quartiers de qualité dans lesquels espaces verts, zones de rencontre et mobilité douce figurent désormais en bonne place.

 

Q: Cette évolution respecte-t-elle les engagements de croissance maîtrisée pris par la Municipalité au cours de la législature 2011-2016?
R: Le rythme de notre évolution démographique est maîtrisé conformément aux engagements pris par la Municipalité lors de la législature précédente (2011-2016) et calculés sur une période de dix à douze ans. Cette progression n’est jamais linéaire; elle avance par étapes successives selon l’importance des quartiers et les accords entre propriétaires. Au cœur d’une zone géographique en pleine évolution entre Lausanne et Morges, dans un district qui comptera plus de cent mille habitants en 2040, les communes du district de l’Ouest lausannois ont travaillé de concert et défini un Plan directeur intercommunal (PDi) pour harmoniser leur développement.

Mobilité

Q: Le développement de nouveaux quartiers sortis de terre, comme Bussigny-Ouest, l’Industrie, ou Mochettaz par exemple, décuple les mouvements de la population. Les autorités disposent-elles de projections crédibles pour savoir à quoi la population sera confrontée ces prochaines années et anticiper les impacts en termes de mobilité?
R: Les études prospectives en termes de mobilité ont été réalisées par les bureaux spécialisés. L’amélioration de l’offre en matière de transports publics est réelle : doublement de la ligne de bus 98 (interne à la commune), ligne 702 jusqu’à Morges, ligne tl vers Crissier; augmentation des fréquences et liaisons CFF; mesures de mobilité douce (vélos, piétons, zones 20 et 30 km/h). Pour les années à venir, notre objectif vise le maintien du niveau actuel.

 

Q: Le terme de «mobilité multimodale» est souvent utilisé pour expliquer que la fluidité du trafic sera obtenue en répartissant les usagers sur les divers modes de transport (train, bus, voiture, vélos). Est-ce vraiment la solution qui va contenter tout le monde?
R: Contenter tout le monde, c’est la quadrature du cercle. La solution en matière de trafic passe aussi par un effort collectif, ce que les usagers à titre individuel ont parfois tendance à oublier. Bussigny a la chance d’être située à un carrefour où vont se conjuguer des mesures exceptionnelles dans les dix à quinze ans à venir pour fluidifier le trafic: trois nouvelles sorties autoroutières dans l’Ouest lausannois (Crissier, Chavannes, Ecublens); le tram lausannois et les bus à haut niveau de service (BHNS). La période de pandémie de ce printemps 2020 a aussi eu pour effet d’accélérer la réalisation de pistes cyclables dans l’ensemble du Canton et de nombreuses communes.

 

Q: Bussigny prévoit des mesures pour développer l’usage du vélo. Ces mesures auront-elles un réel impact pour réduire l’usage du trafic motorisé?
R: La commune a développé son concept vélo, avec le marquage des pistes et les emplacements de parcage. En augmentant la sécurité, nous allons susciter davantage d’attrait et par conséquent stimuler l’usage des deux roues. La piste vélo entre Bussigny et Crissier a été mise en service en 2019; il reste encore beaucoup à faire sur ce dossier. Ce maillage est un projet du PALM (Projet d’agglomération Lausanne Morges). L’expérience de la pandémie COVID-19 a accéléré les mesures prises à ce niveau à l’échelle cantonale avec 100km de routes réservées au vélo; de nombreuses communes ont emboîté le pas sans tarder.

Urbanisme

Q: Des quartiers d’une envergure inhabituelle poussent à Bussigny. Hier En Jonchet, aujourd’hui à l’ouest de Bussigny, à la rue l’Industrie ou au sud de la gare. D’imposants immeubles sortent de terre. Le développement de multiples quartiers simultanément donne l’image d’une croissance non maîtrisée. Est-ce une réalité partagée par les autorités?
R: Globalement notre croissance est maîtrisée et l’évolution à douze ans est conforme aux prévisions et aux engagements pris par la Municipalité lors de la législature 2011-2016. Ce qui donne cette impression, c’est le décalage dans le temps entre la planification et l’aboutissement des procédures. Les nouveaux logements répondent à un besoin dans l’Ouest lausannois; la commune les a anticipés. Nous avons réalisé les équipements publics et réorienté notre approche dans un sens qualitatif en termes d’espaces verts, de zones de rencontre et de mobilité douce.

 

Q: Sous peu, ce ne sont pas les logements qui manqueront à Bussigny, après des années (voire des décennies) à la recherche de l’appartement perdu... A ce titre, la Municipalité peut-elle influencer le prix des logements, dont la plupart proposent des loyers très élevés?
R: La marge de manœuvre de la Municipalité sur le prix des loyers est faible voire nulle, sauf pour les logements d’utilité publique grâce à la nouvelle loi sur la protection des loyers. Depuis plusieurs années, la commune s’est imposé une règle: vérifier, lors des planifications, qu’au moins 8% des logements soient d’utilité public et proposés à des loyers abordables.

 

Q: Le nombre élevé de chantiers en cours à Bussigny suscite un surcroît de nuisances. La Municipalité peut-elle agir pour en limiter les impacts?
R: La gestion des chantiers implique qu’il y a des normes à respecter, notamment en matière de bruit. A Bussigny, beaucoup de conduites ont près de cent ans d’âge; elles concernent aussi des quartiers où aucune nouvelle construction n’est prévue. C’est le devoir des pouvoirs publics que d’entreprendre ces travaux, souvent longs et problématiques pour les usagers de ces rues. Nous échelonnons les travaux lorsque nous planifions, de manière à réduire justement les impacts.

 

Q: A l’ouest de Bussigny, le nouveau quartier doit accueillir plus de 2'500 habitant-es/emplois dans quelques années. La Municipalité ambitionne d’en faire un modèle d’intégration, à la fois entre les générations, du point de vue des activités pour le petit commerce, des espaces publics, des espaces verts, et en matière culturelle. Cette vision est-elle toujours d’actualité?
R: Plus que jamais! Il s’agit en majorité d’un quartier d’habitations mais le projet architectural primé a justement gagné le concours , car il fond dans un ensemble harmonieux un EMS, un collège avec salles de gym, un café social, des espaces verts et des zones de rencontre entre les générations, le tout autour d’une agora. L’ouest de la commune est aussi rattaché géographiquement aux autres zones grâce aux accès en termes de mobilité. Cette approche qualitative est aussi valable pour l’ensemble de la commune.

 

Q: La Municipalité dispose-t-elle d’une marge de manœuvre pour cadrer le déferlement des grands quartiers qui se multiplient aux quatre coins de la commune?
R: Sur le plan légal la réponse est non. La commune délivre cependant les autorisations de construire sur la base des projets présentés par les privés. Nous sommes en contact avec les promoteurs pour la coordination des chantiers.

 

Finances

Q: Le développement de Bussigny engendre des investissements conséquents en matière d’infrastructures publiques. La commune peut-elle chiffrer ces coûts?
R: Oui, nous disposons d’une planification financière détaillée et précise ; nous pouvons l’adapter au besoin. Pour les travaux de réalisation de la nouvelle STEP, les estimations s’élèvent à dix millions. Pour le nouveau collège à l’ouest de Bussigny c’est le double. Pour les préparatifs liés à l’arrivée du tram c’est huit millions. Pour le développement durable, nous disposons d’un Fonds de réserve alimenté en vue de ces investissements.

 

Q: Ces dépenses d’investissement sont-elles couvertes par les nouveaux contribuables ? Et les projections en la matière sont-elles rassurantes?
R: Tous les contribuables participent au financement globalement; les promoteurs paient les taxes d’équipement communautaire. Bussigny n’a pas dû contracter de dette jusqu’ici et notre marge d’autofinancement est bonne. Sur ce plan notre ville vit avec ses moyens et les deniers publics sont gérés de manière solide et responsable.

 

Q: Les finances de la commune sont maîtrisées selon les comptes présentés par les élus. Les impacts dus au Coronavirus sont-ils de nature à tout mettre parterre et/ou à augmenter les impôts?
R: Nous devons nous attendre à une baisse des revenus fiscaux pour cette année; c’est une tendance générale et pas spécifique à notre commune. L’arrêté d’impôts pour 2021 est fixé; il n’y aura donc pas de hausse envisagée. Les collectivités ont déjà pris de nombreuses mesures pour favoriser la consommation et relancer l’activité économique. Notre souci majeur, c’est la hausse de la facture sociale.

Economie

Q: La Municipalité a entamé des démarches de promotion économique. Quels sont les résultats escomptés?
R: La création du guichet entreprises constitue désormais un point d’entrée clairement identifié. Notre objectif est d’aider les acteurs économiques sur place. Pour cela nous avons créé un fonds et lister une série de mesures.

 

Q: Le soutien au petit commerce a été l’objet d’une démarche récente en 2019 et 2020. Quelles sont les mesures concrètes de la Municipalité à ce titre?
R: En effet les commerçants et la population dans le cadre d’une soirée d’informations et d’échanges ont été consultés. Une synthèse est disponible sur notre site Internet. Des mesures ont été répertoriées et seront mises en place progressivement; elles ne sont pas de notre compétence. Nous marquons notre volonté concrète de favoriser le commerce de proximité. La pandémie de ce printemps 2020 a renforcé l’importance de soutenir autant que possible nos acteurs locaux.

Ecoles et accueil de jour

Q: Bussigny développe ses structures d’accueil de jour des enfants et dispose aujourd’hui d’environ 400 places au total. La ville peut-elle suivre la demande au rythme de son développement démographique?
R: Oui, bien que la demande excède toujours l’offre et qu’elle augmente de manière proportionnelle à la croissance démographique. A Bussigny nous avons anticipé de longue date et adapté à intervalles réguliers notre réseau. Des structures supplémentaires du réseau Bussivillaje sont prévues dans chaque quartier en développement (Bussigny Ouest, Mochettaz, Buyère) et une collaboration avec une garderie privée complète notre dispositif (En Rente). Dans chaque collège une structure est prévue pour le parascolaire.

Développement durable et environnement

Q: Le développement durable est un concept séduisant mais abstrait. Quels sont les trois principales réalisations concrètes dont Bussigny peut être fière à ce titre?
R: En premier lieu notre centrale de chauffe BUCAD; l’ensemble des bâtiments communaux est alimenté avec du bois issu des forêts de Bussigny. En second lieu notre système de subventions destiné à favoriser la consommation via les énergies renouvelables ; le fonds financé par le biais d’une taxe minime sur l’électricité connaît un franc succès et permet d’allouer plusieurs centaines de milliers de francs par année pour les habitant.es de la commune. Notre éclairage public sera renouvelé avec des ampoules LED et le projet réalisé par Romande Energie, à qui nous avons vendu l’exploitation de notre réseau. Enfin, notre projet de biotope à l’ouest de Bussigny, avec les ruches d’abeilles, s’inscrit parfaitement dans notre vision de favoriser les espaces verts et la faune. Ajoutons que notre label Cité de l’énergie a été renouvelé et que nous avons reçu aussi notre label Commune en santé.

 

Q: La consommation d’énergie est l’un des thèmes majeurs qui occupe les élus du secteur public. Quels sont les principaux efforts menés par Bussigny pour économiser ses dépenses en énergie et consommer du «renouvelable»?
R: L’isolation du parc des bâtiments (collèges de Cocagne et Roséaz) et le renouvellement des fenêtres du collège de Dalaz. Nous achetons uniquement de l’énergie verte locale pour la consommation énergétique des bâtiments communaux, grâce aux panneaux solaires. Nous consommons de l’eau du réseau dans nos bureaux. Nous renouvelons l’isolation complète du Centre de paroisse protestant.

 

Q: La Municipalité de Bussigny a-t-elle dessiné l’avenir des espaces verts dans son périmètre?
R: Essentiellement dans les quartiers en construction. Le tram bénéficiera d’allées arborisées. Le Plan Directeur intercommunal (PDi) du district de l’Ouest lausannois prévoit les voies vertes au niveau régional. A Bussigny, une jonction est prévue depuis la gare jusqu’à la venoge.

 

Q: Les déchets sauvages et le littering sont l’un des fléaux auxquels l’ensemble des communes doit faire face. A Bussigny, quelles sont les mesures prises pour y mettre bon ordre ?
R: Nous agissons à deux niveaux: la prévention et la répression. Nous avons développé les infrastructures à disposition de la population, à savoir le nombre de poubelles et un travailleur social de proximité œuvre sur le terrain. Parallèlement un nouveau règlement des amendes est entré en vigueur via la police de l’Ouest; la voirie de Bussigny est aussi assermentée pour verbaliser.

Sécurité et espaces publics

Q: La sécurité publique est un thème récurrent pour la vie des citoyen-nes. Les semaines de confinement ont ajouté au sentiment de peur et de méfiance généralisée. Comment les autorités de Bussigny abordent cette question?
R: La question de la sécurité publique est traitée au niveau intercommunal (Polouest). A Bussigny nous avons globalement peu de problème majeur ou d’ampleur insurmontable; par contre, nous portons une attention particulière aux déprédations à proximité de la gare. Un travail préventif est mis en place auprès des jeunes par notre travailleur social de proximité et par la police auprès des commerçants.

 

Q: Les espaces publics sont des lieux de rencontre, un facteur d’intégration et stimulent le «vivre ensemble». La Municipalité a-t-elle un plan d’actions en la matière?
R: Depuis quelques années nous mettons à disposition de nos acteurs locaux et de notre population le Chapiteau sur la place de l’Hôtel de ville. Au centre nous allons développer le parc public et la zone rencontres dans le cadre du nouveau concept de zones 20 km/h, ainsi que le secteur de La Planaz. La pression du Canton augmente pour mettre sur pieds ces mesures, mais nous devrons procéder par étape et les étaler dans le temps car elles coûtent aussi plusieurs centaines de milliers de francs.


 

— RETOUR SUR LA CARTE DE BUSSIGNY

Q : Bussigny s’apprête à franchir la barre symbolique des 10'000 habitant-es. Quelles sont les projections de croissance pour notre commune dans la décennie à venir ?

 

R : A l’horizon 2030, Bussigny devrait compter entre 13 et 14'000 habitant.es. Les principales zones constructibles sont établies et figurent dans le Plan directeur intercommunal de l’Ouest lausannois. Nous n’avons plus de surfaces importantes dédiées à cette affectation pour la décennie à venir.